Lexique horloger

 

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z

  SITE : http://perso.wanadoo.fr/bruno.jousselin

 

 

Accutron

Première montre électronique commandée par un diapason, dont le lancement remonte à 1960.

Affichage

Indication de l'heure et autres données. L'affichage peut se faire soit par des aiguilles se déplaçant sur un cadran (affichage analogique), soit par des chiffres paraissant dans un (ou des) guichet(s) (affichage digital ou numérique); ces chiffres peuvent être complétés par des indications alphabétiques (affichage alphanumérique) ou par tout autre signe. Exemple: 12.05 LU 12.3 = 12 heures, 5 minutes, lundi 12 mars. Ces affichages peuvent être réalisés par des moyens mécaniques et/ou électroniques.

Aiguille

Organe indicateur formé d'une pièce de métal, généralement mince et légère, de formes très diverses, qui se déplace sur un cadran ou un limbe divisé. Les montres ont généralement trois aiguilles pour indiquer les heures, les minutes et les secondes.

Aile

Nom donné aux dents d'un pignon.

Ailette

Organe contre lequel le frottement de l'air modère la vitesse d'un mobile, tel que le bras d'un échappement à gravité.

Ajustage

Action d'ajuster la période d'un pendule en allongeant ou en raccourcissant cet oscillateur.

Alternance

Déplacement d'un pendule ou d'un organe oscillant, limité par deux positions extrêmes consécutives. Le balancier d'une montre mécanique fait généralement cinq alternances à la seconde, soit 18'000 à l'heure. L'oscillation ("tic-tac") compte deux alternances (le mot oscillation est parfois improprement utilisé pour désigner l'alternance)

Amortisseur

Palier élastique qui a pour but, dans la montre, d'amortir les chocs reçus par les pivots de l'axe de balancier.

Ancre

Pièce maîtresse de l'échappement, en acier ou en laiton, ainsi baptisée en raison de sa forme, qui rappelle l'ancre des navires.

Anneau astronomique universel

Cadran solaire réglable suivant les différentes latitudes.

Anneau d'Essen

Premier oscillateur à quartz vraiment précis, utilisé pour les horloges à quartz d'observatoire.

Antichoc

Appellation normalisée accordée à des montres capables de supporter sans conséquences fâcheuses une chute accidentelle d'une hauteur d'1 m sur une surface dure, répondant ainsi à des critères rigoureusement définis par l'ISO (Organisation Internationale de Standardisation, fondée à Genève en 1947).

Applique

On appelle appliques les chiffres des heures ou les signes découpés dans des plaques métalliques et ensuite collés ou rivés sur le cadran.

Arbalète

Ressort laminé utilisé pour transmettre la force motrice dans certaines horloges de console américaines.

Arbre

En horlogerie, terme synonyme d'axe (ex : arbre de barillet) : en général c'est un corps cylindrique sur lequel est fixée une roue dentée qu'il fait tourner.

Archet

Tige flexible d'acier ou de bois qui sert à tendre une corde à boyau ou un crin de façon à faire mouvoir une pièce sur le tour.

Armage

Opération qui consiste à tendre (armer) le ressort d'un barillet, et qui s'effectue soit manuellement (à l'aide de la couronne ou d'une clef), soit automatiquement (par le rotor).

Arrêtage

Dispositif qui limite l'armage du barillet, en réduisant sa course angulaire. Le plus connu de ces mécanismes est l'arrêtage dit à "croix de Malte".

Arrondir

Terminer le profil des dents d'engrenage par fraisage.

Assortiment

Ensemble des pièces qui composent l'échappement (roue d'échappement, ancre, plateau) et qui transforment le mouvement rotatif du rouage en va-et-vient du balancier ou du pendule.

Astrolabe

Dans l'Antiquité, instrument le plus important pour l'astronomie, la navigation et la mesure du temps ; il mesurait la hauteur des astres.

Automate

Personnage animé ou objet divers, par exemple un moulin à vent ou une bascule.

Automatique

Montre dont le ressort se remonte par le mouvement de celui qui la porte. De très nombreux dispositifs ont été réalisés depuis la fin du XVIIIe siècle. Néanmoins c'est le dispositif dit "à rotor", qui depuis les années 1940 s'est généralisé en montres bracelets. L'origine de ce système se retrouve dans un document de l'Académie Française des Sciences, daté du 23 décembre 1778, qui décrit une pièce déposée par l'horloger liégeois Hubert Sarton. C'est actuellement le plus ancien texte descriptif d'un système automatique répertorié.

Axe

Terme synonyme d'arbre. Les horlogers ont l'habitude de dire, par exemple, axe de balancier.

Axe de balancier

Tous les axes sont des arbres, à l'exception de celui du balancier que l'on appelle un axe.

Horloge atomique

Horloges atomiques . A césium : reposent sur l'hypothèse que les propriétés atomiques sont immuables, notamment les fréquences des radiations correspondant aux transitions entre niveaux d'énergie. L'étalon atomique comprend un résonateur atomique qui fournit la référence ultime, et une partie électronique générant, à partir d'un oscillateur à quartz à 5 MHz, un signal d'excitation vers 9,191 GHz. L'interaction de ce dernier avec le " jet " atomique dans le résonateur fournit un signal d'erreur qui vient corriger en permanence la fréquence de l'oscillateur à quartz qui se trouve ainsi asservie à la fréquence de transition atomique. Exactitude d'une horloge atomique : appareils commerciaux environ 10-12 [horloges atomiques du Physikalisch-Technische Bundesanstalt (Allemagne) et du National Institute of Standards and Technology (USA) : 10-14 ; horloges à césium de laboratoire (horloge travaillant en fontaine atomique réalisée par le Laboratoire primaire du temps et des fréquences de l'Observatoire de Paris en 1995) : 3 x 10-15 (soit un écart de 0,26 nanoseconde par jour)]. Autres types : moins exacts : masers à hydrogène (les plus stables jusqu'à 1 s en 3 000 ans), à rubidium (les moins chers), à ions de mercure confinés (stables à long terme, expériences en cours).

 

 

Balancier

Pièce mobile, généralement circulaire, qui oscille sur son axe de rotation. Le spiral qui lui est accouplé lui imprime un mouvement de va-et-vient, divisant le temps en portions rigoureusement égales. Chacun de ces aller-retour ("tic-tac") est appelé oscillation. L'oscillation est divisée en deux alternances

Balancier oscillateur

A l'origine un foliot, puis un cercle qui règle la vitesse de l'échappement ; associé à un ressort spiral dès 1675.

Balancier "Haltère"

Pont oscillant muni d'une masse à chacune de ses extrémités, utilisé dans les montres avant l'invention du balancier-spiral.

Barillet

Mince boîte cylindrique - à l'intérieur de laquelle est logé le ressort moteur - dont le bord denté entraîne le rouage de la montre.

Barillet à poids

Barillet sur lequel une corde, un filin ou une corde en boyau enroulée et terminée par un poids entraîne les rouages d'une horloge.

Barillet à ressort

Barillet contenant un ressort moteur qui transmet la force motrice.

Barillet denté

Par opposition au barillet lisse relié à la fusée par une chaîne ou une corde en boyau, le barillet denté est fixé sur une roue qui engrène avec le reste du rouage.

Barillet suspendu

Se dit d'un barillet denté fixé seulement dans le mouvement par sa partie supérieure.

Barrette

Petite tige métallique fixée entre les cornes de la boîte et sur laquelle est adapté le bracelet.

Bassiner

Textuellement, tourner une boîte pour lui donner la forme d'une "bassine" en arrondissant au burin le fond de la boîte.

Bâte

Désigne, à l'intérieur d'une boîte de montre, la partie sur laquelle repose le mouvement. Dans les montres à sonnerie, Julien Le Roy a imaginé de supprimer cette bâte et de la remplacer par une petite bague en métal doré séparant le cadran de la platine avant. L'espace ainsi ménagé, permet de loger une partie importante des pièces du mécanisme de sonnerie. L'ensemble des pièces ainsi logées sous le cadran ont, par extension du terme, été baptisées "cadrature".

Battement

Nombre de tic-tacs obtenus en un temps donné. Une horloge de parquet "bat la seconde", c'est-à-dire une fois toutes les secondes.

Bélières

Anneau de formes diverses servant à suspendre la montre.

Bilame

Lame composée de deux métaux dont le coefficient de dilatation est différent, servant à la fabrication de balanciers compensés.

Blanc

Voir Ebauche

Blanc roulant

Mouvement en état de marche, prêt à recevoir les travaux de terminaison (repassage, réglage, ajustage) et de finition (dorure, signature).

Boîte de montre ou boîtier

Boîte servant à protéger le mouvement de la montre contre les poussières, l'humidité et les chocs. Elle donne encore à la montre un aspect aussi attrayant que possible, influencé par la mode et le goût des acheteurs.

Boule horaire

Signal utilisé autrefois pour indiquer l'heure à l'aide d'une boule qui glissait le long d'un mât planté au sommet d'une tour.

Bras

Rayon d'un balancier circulaire.

Brucelles

Petite pince qui permet à l'horloger de manipuler les pièces délicates.

Brunissage

Procédé de polissage des pivots.

Brunissoir

Lime à polir utilisée pour donner du brillant aux métaux, comme l'acier ou le cuivre.

Bulletin de marche

Document officiel établi par divers observatoires astronomiques et chronométriques et donnant l'appellation de "chronomètres" à une montre qui a subi avec succès une série d'épreuves très sévères relatives à sa précision (marche diurne, coefficient thermique …).

Butée

Organe fixe destiné à limiter la course d'un organe mobile. Les déplacements angulaires de l'ancre sont limités par des butées.

 

Cabestan d'armage

Les horloge de clocher et de beffroi médiévales de grand format se remontaient à l'aide d'un cabestan ou d'une roue à rais fixés à l'une des extrémités du barillet.

Cache-poussière

Petit couvercle métallique servant à protéger le mouvement des montres à l'époque ou il était facile, en les basculant, de les sortir de leur boîte.

Cadran

Organe indicateur, pièce métallique ou autre qui porte des indications diverses, les heures, les minutes et les secondes pour les montres et les pendules habituelles. Les indications sont données par des chiffres, des divisions ou des signes (index) de formes diverses.

Cadran 13 pièces

cadran formé de 12 cartouches émaillés portant les chiffres des heures disposés autour d'une treizième pièce centrale elle aussi émaillée et souvent décorée.

Cadran à calendrier

Cadran spécial donnant des indications sur le calendrier, telles que le jour de la semaine, la date, le mois, l'année et les fêtes religieuses.

Cadran de hauteur

Cadran solaire indiquant, d'après la longueur de l'ombre projetée par le gnomon, la hauteur du soleil dans le ciel.

Cadran horizontal

Cadran solaire fixe à graduation horizontale, par exemple, cadran solaire de jardin ordinaire.

Cadran vertical

Cadran solaire portant des graduations verticales.

Cadrature

Terme désignant l'ensemble des mécanismes (sonnerie, quantièmes, minuterie) placés entre le cadran et la platine avant.

Cage

Selon la définition donnée par J.C. Nicolet, "la cage est le bâti ou le châssis à l'intérieur duquel viennent se loger toutes les pièces du mouvement de la montre. La cage des horloges est composée de 2 platines tandis que celle des montres est constituée d'une platine et de plusieurs éléments vissés sur elle, appelés ponts".

Calibre

A l'origine, synonyme de dimension pour un mouvement d'horlogerie. Aujourd'hui, désigne un type de mouvement (calibre pour homme, calibre automatique). Suivi de la marque du fabricant, désigne la provenance.

Calibre Lépine

Mouvement de montre dans lequel toutes les roues se trouvent sous un coq ou des ponts.

Canon horaire

Signal horaire donné par la détonation d'un canon.

Carré

Désigne en horlogerie l'extrémité d'une tige à section carrée. En général les carrés servent pour le remontage. Il en existe de 2 sortes : les carrés mâles, limés sur une pièce cylindrique, les carrés femelles, formés dans un trou.

Carrure

Partie médiane de la boîte de montre dans laquelle on place le mouvement.

Carrousel

Dispositif rotatif analogue au tourbillon, mais plus robuste.

Centrale horaire

Installation de haute précision (il s'agit le plus souvent aujourd'hui d'une horloge électronique à quartz ou d'un horloge atomique), qui délivre des impulsions à une série d'horloges secondaires et qui contrôle parfois elle-même un système public de distribution de l'heure.

Chablon

Mouvement de montre (cadran et aiguilles non compris) dont tout ou partie des pièces détachées ne sont pas assemblées.

Chaîne

Petite chaîne, semblable en miniature à une chaîne de vélo qui a remplacé la corde en boyau utilisée dans les montres primitives pour relier la fusée au barillet.

Champlevé

Se dit d'une surface creusée au burin dans le champ d'une plaque de métal, pour recevoir l'émail.

Chaperon ou roue de compte

Roue dont le profil, constitué d'une alternance de creux et de bosses, règle la frappe des heures.

Charnières perdues

On désigne sous ce terme les charnières invisibles pour les boîtes de montres. Lépine a été le premier à réaliser des boîtes de montres à "charnières perdues".

Chassage

"chasser" une pierre, en horlogerie, c'est l'enfoncer dans son logement par pression. Par sa facilité d'exécution, le chassage a remplacé le sertissage.

Chaussée

Pignon à friction qui entraîne la minuterie et qui supporte l'aiguille des minutes.

Chassis plat

Bâti horizontal d'une horloge de clocher moderne.

Chaton

Bague métallique dans laquelle est fixée le rubis percé qui sert de coussinet au pivot.

Cheville de plateau

Pièce grâce à laquelle certains oscillateurs reçoivent leurs impulsions.

Chronocomparateur

Appareil qui permet à l'horloger de tester rapidement la marche d'une montre.

Chronographe

Montre ou appareil comportant deux systèmes horaires indépendants: l'un donne l'heure, l'autre enregistre les temps courts. Des compteurs de secondes, de minutes, voire d'heures sont enclenchés et arrêtés sur commande. Ils permettent ainsi de mesurer directement la durée précise d'un phénomène. Ne pas confondre avec le compteur ou le chronomètre.

Chronomètre

Montre ayant passé - dans des bureaux officiels - un contrôle de marche portant sur sa précision. Les exigences sont très élevées: quelques secondes par jour dans des conditions de températures (pour les chronomètres mécaniques) et de positions les plus difficiles rencontrées habituellement.

Chronomètre de marine

Garde-temps de haute précision (mécanique ou électronique) enfermé dans un coffret, servant, sur les navires, à déterminer la longitude. Les chronomètres de marine à mouvement mécanique sont montés sur cardans pour leur assurer la position horizontale nécessaire à leur précision.

Clepsydre

Horloge à eau.

Cliquet

Petit levier en forme de bec ou de virgule qui pénètre, sous l'action d'un ressort, dans la denture d'une roue, de façon à empêcher celle-ci de revenir en arrière.

Compas cadran solaire

Cadran solaire qui orienté nord-sud, indique, d'après l'angle formé par l'ombre du gnomon, la position du soleil dans le ciel.

Compteur

En horlogerie, c'est un terme générique pour les chronographes.

Compensateur thermique

Dispositif en général réalisé au moyen de deux métaux se dilatant différemment, destiné à corriger les effets de la température sur la marche des montres et des pendules.

Compensateur auxiliaire

Dispositif ajouté aux balanciers compensés des chronomètres pour corriger l'erreur secondaire, c'est-à-dire les effets des changements aux températures intermédiaires de celles réellement compensées.

Contre-émail

Couche d'émail déposée à l'envers d'une pièce émaillée, par exemple, à l'envers d'un cadran de montre ou de pendule, ou à l'intérieur d'un boîtier dont le fond est émaillé.

Coq

Pont de balancier des montres.

Coq de balancier

Pont de balancier ouvragé fixé à la platine inférieure d'une montre et servant de palier à l'axe de balancier.

Coqueret

Rondelle métallique utilisée par les horlogers français à la place de la pierre de contre-pivot.

Cordon

Dans certaines horloges, cordon qui, une fois tiré, déclenche la sonnerie de l'heure écoulée, voire celle des quarts.

Courbe terminale

Extrémités du spiral recourbées vers le centre afin d'en améliorer l'isochronisme. Inventées par Breguet et perfectionnées par Phillips. Par extension, on parle souvent de "courbe Phillips" ou de spiral "Breguet".

Couronne

Bouton moleté situé à l'extérieur du boîtier de la montre et utilisé tout autant pour remonter le ressort que pour la mise à l'heure de la montre ou la mise à date du calendrier si celle-ci en possède un.

Coussinet

Trou de pivotement ménagé directement dans la platine en laiton, où se meut un pivot en acier du train de roues ou de l'échappement, ce qui n'était pas autrefois sans poser de problèmes de friction, qui ne furent résolus que par Nicols Fatio, lequel eut l'idée d'utiliser des rubis en guise de coussinets.

Compenser

Corriger un effet source d'erreur, tel celui des écarts de température, sur la marche des montres.

Compteur

Instrument servant à enregistrer des intervalles de temps (durées, temps courts), sans indication de l'heure.

Contre-pivot

Pierre précieuse non percée utilisée comme coussinet et contre laquelle vient buter le pivot de l'axe du balancier.

Couronne

Bouton moleté situé à l'extérieur de la montre et servant à en remonter le ressort. Sert aussi à la mise à l'heure et à la mise à date du calendrier.

Crémaillère ou rateau

Bras rectiligne ou incurvé muni de dents.

Cuvette

Dans une boîte de montre, on appelle cuvette le double fond, souvent gravé d'inscriptions ou de la signature.

Cycloïdes

Petits ressorts inventés par Huygens, destinés à améliorer l'isochronisme des oscillations du pendule.

 

Dard

Dans un échappement à ancre, petite goupille métallique qui empêche les déplacements accidentels de la fourchette.

Décimal

Système institué par un décret de la Convention de 1792 selon lequel la journée était divisée en deux fois 5 heures de cent minutes d'une durée de 100 secondes chacune.

Décolletage

Terme générique qui désigne toutes les opérations de tournage, de perçage, de taraudage et de fraisage, qu'elles soient réalisées à la main ou sur des machines automatiques ou semi-automatiques.

Détente

Levier qui maintient puis déclenche un mécanisme et qui, par conséquent, régularise son mouvement.

Détente à ressort

Certaines détentes sont montées sur des pivots, d'autres le sont au contraire sur une lame-ressort.

Dérive

Variation de marche d'un garde-temps.

Diapason

Petite pièce métallique à deux branches dont les vibrations, entretenues par un électro-aimant, actionnent un cliquet qui pousse, dent après dent, 300 à 720 fois par seconde, la première roue du rouage.

Diode de faible puissance ou diode photoémissive (LED = Light Emitting Diode)

Source lumineuse à pointillés utilisée pour l'affichage des chiffres sur les montres numériques électroniques.

Elle fonctionne sur appel par un bouton-poussoir.

Diviseur

Accessoire de machine-outil destiné à diviser la circonférence des roues et à tailler le nombre de dents nécessaire.

Dorure au mercure

Application sur un support métallique d'un amalgame d'or, suivie d'une chauffe légère pour faire disparaître le mercure. Procédé désormais supplanté par le dorage par électroyse.

Drageoir

Rainure ménagée dans la lunette d'une boîte de montre pour fixer le verre.

Dubailleur

Tourneur de boîtes spécialisé qui travaillait sur un tour pantographe "Dubail" permettant de reproduire en série les mêmes formes de boîtes.

 

Ebauche

Ensemble de pièces non assemblées du mouvement (platine, ponts, rouage, mécanisme de remontage et de mise à l'heure, raquette de réglage) et commercialisées sous cette forme. Ne font toutefois pas partie de l'ébauche: les organes réglants, l'échappement, le ressort.

Echappement

L'échappement compte et entretien les oscillations du balancier.

Il existe deux types d'échappement :

* libre = ancre, détente, …

* à repos frottant = cylindre, balancier pendulaire, …

Echappement à ancre

Echappement de montre qui donne d'excellent résultats et qui rappelle l'échappement à ancre à recul, à la différence qu'il est libre.

Echappement à ancre à recul

Mécanisme régulateur des horloges de pendule, inventé vers 1670, qui améliora grandement la garde du temps. En Europe, la baguette de fourchette fut appelée ancre à recul à cause de sa forme.

Echappement à chevilles

Echappement à ancre employé dans les montres ou les horloges et dans lequel des palettes rondes ou en forme de D, en acier ou en rubis, reçoivent l'impulsion des dents de la roue d'échappement. Dans les montres de prix modique, les palettes en rubis sont remplécées par des chevillles en acier trempé.

Echappement à contact permanent

Echappement dans lequel une dent de la roue d'échappement est constamment en contact avec le balancier, comme dans l'échappement à cylindre. Cet échappement n'est pas libre.

Echappement à coup rapide

Echappement dans lequel le tic-tac est plus rapide que la normale.

Echappement à cylindre

Echappement dans lequel l'axe du balancier fait partie d'un cylindre actionné par la denture de la roue d'échappement.

Echappement à détente

Echappement libre qui utilise une détente pour provoquer l'arrêt de la roue d'échappement.

Echappement à gravité

Echappement dans lequel l'impulsion est fournie par un levier, généralement sous l'action de la pesanteur, forme de remontoir.

Echappement à recul

Echappement à roue de rencontre élaboré dans lequel deux balanciers verticaux oscillent en sens contraire et se croisent.

Echappement à repos

Echappement sans recul où la roue d'échappement agit, par les pointes de ses dents, sur les becs inclinés de l'ancre.

Echappement à roue de rencontre

Echappement utilisé dans les premières horloges mécaniques et qui a persisté pendant très longtemps. Il se compose de la roue de rencontre et d'un arbre (la verge) qui porte le foliot et deux palettes.

Echappement d'Ormskirk

Echappement pourvu de deux roues d'échappement. Son nom est tiré d'Ormskirk, dans le Lancashire où il fut inventé.

Echappement duplex

Echappement dans lequel la roue d'échappement est dotée d'une double rangée de dents, ou pourvu de deux roues d'échappement. Utilisé à l'origine pour les montres de haute précision, puis les modèles bon marché.

Echappement horizontal

Autre terme utilisé pour l'échappement à cyclindre.

Echappement libre

Echappement qui n'a aucun contact avec le balancier ou le pendule, sauf pendant le dégagement et l'impulsion, par exemple dans les échappements à ancre et à détente.

Echappement magnétique

Echappement dans lequel l'oscillateur et la roue d'échappement sont reliés par un dispositif magnétique.

Echappement-sauterelle

Echappement ingénieux qui ne requérait aucun huilage, inventé par John Harrison.

Ecliptique

Mouvement apparent du Soleil autour de la Terre.

Ecran à cristal liquide (LCD = Liquid Cristal Display)

Dans les montres numériques électroniques, écran sur lequel on peut lire en permanence l'heure indiquée par des chiffres ou des lettres foncés ressortant sur un fond clair (ou réciproquement).

Ecran analogique

Ecran imitant le mouvement d'un garde-temps naturel, tel celui du Soleil, et rappelant un cadran d'horloge classique portant des aiguilles mobiles.

Ecran numérique

Ecran sur lequel l'heure est indiquée en chiffres : 07 16 42

Ecrou d'ajustage

Ecrou qui, monté sous la lentille d'un pendule, permet de relever ou d'abaisser cet organe pour ajuster la période du pendule.

Eglomisé

Art de peindre un motif décoratif au dos d'un panneau en verre de gaine d'horloge.

Elinvar

Alliage à coefficient thermo-élastique pratiquement nul dans les limites normales de température et utilisé pour compenser les effets de la température sur les spiraux.

Emboîtage

Action d'introduire et de fixer le mouvement dans son boîtier

Empierrage

Ensemble des pierres d'horlogerie utilisées dans les trous de pivotement pour réduire les frottements. Un empierrage normal comprend de 15 à 19 rubis.

Engrener

Se dit d'une roue dont les dents pénètrent dans les ailes d'un pignon pour le faire mouvoir.

Equation du temps

Différence entre le temps vrai (enregistré sur un cadran solaire) et le temps moyen (enregistré sur une horloge).

Estrapade

Outil dont se sert l'horloger pour enrouler et introduire le ressort moteur dans son barillet/

Etablissage

Mode de fabrication de la montre et/ou du mouvement consistant à en assembler les divers éléments constitutifs. Il comporte généralement les opérations suivantes: réception, contrôle et stockage des ébauches, des parties réglantes, ainsi que des autres fournitures du mouvement et de l'habillement; remontage; réglage; posage du cadran et des aiguilles; emboîtage; contrôle final, avant emballage et expédition.

Etampe

Matrice d'acier trempé qui permet de donner sa forme à une pièce ou à un trou.

Etanche

Qui ne laisse pas entrer l'eau. Boîte étanche, dont les joints, les fermetures, sont construits pour empêcher l'introduction de l'humidité.

 

Fausse plaque

On désigne sous ce nom la plaque uniquement décorative sur laquelle étaient fixés autrefois les cadrans des pendules et de montre. Par la suite on a continué à appeler fausse plaque, la tôle sur laquelle les cadrans de pendule sont souvent fixés.

Finissage

Ensemble des opérations qui transforment l'ébauche (pièces détachées) en blanc roulant (mouvement en état de marche).

Fleuron

Ornement sculpté qui termine un couronnement de colonne ou tout autre organe d'un mouvement ou de la gaine d'une horloge.

Flyback ou Retour en vol

Cette fonction trouve ses origines dans le domaine de l'aviation. Par simple action d'un poussoir, la fonction "Retour en vol" permet de ramener la trotteuse du chronographe à zéro. Elle reprend alors instantanément sa course pour un nouveau comptage.

 

Foliot

Traverse oscillante dont chaque bras supporte une masse, utilisée dans les premières horloges mécaniques comme organe régulateur.

Fonction

On appelle "fonction" toute information délivrée par un garde-temps. On dira d'une montre qui donne l'heure, la minute et la seconde, le jour, le quantième et le mois qu'elle est à 6 fonctions. Les montres dites "compliquées" multiplient les indications annexes.

Fondant

Mince couche d'émail transparent déposée à la surface des cadrans et des émaux.

Fouet des montres à secondes mortes

Petite tige, portée par un rouage spécial, dont l'extrémité est engagée dans les ailes du pignon d'échappement ; libéré à chaque seconde, le fouet fait un tour complet et communique son mouvement à l'aiguille des secondes qui avance ainsi d'un pas par seconde.

Fourchette

Dans les montres comme dans les pendules, partie de l'ancre qui assure la liaison entre l'échappement et la tige du pendule ou le balancier.

Fournitures

Pièces détachées. Ce sont les parties constituantes destinées soit à la production de la montre, soit à sa réparation. Dans ce dernier cas, on parle de "fourniture de rhabillage".

Fraise

L'un des premiers instruments à tailler les roues et les pignons, utilisé dans les manufactures d'horlogerie, et ressemblant au fruit du même nom.

Fréquence

Unité de mesure qui traduit le nombre d'oscillations ou de vibrations par seconde et qui s'exprime en Hertz ; elle est généralement complétée, pour les pendules et les montres à balancier-spiral, par l'indication du nombre d'alternances par heure (ex : 2,5 Hz = 18000 alternances par heure = 9000 oscillations par heure).

Fusée

Pièce de forme conique, reliée au barillet par un boyau ou par une chaînette, et destinée à régulariser la force du ressort.

 

Garde-chaîne

Dans les montres munies d'une fusée, c'est un petit levier qui soulevé par la chaîne, bloque la fusée en fin de remontage. Le garde-chaîne est un arrêtage.

Garde-temps

Cette appellation, réservée depuis peu aux instruments de grande précision servant à la mesure et à la "conservation" du temps, s'appliquait autrefois à tout instrument horaire, tel que clepsydre, sablier, cadran solaire …

Glace

Mince plaque de verre ou d'un produit synthétique transparent, qui protège le cadran de la montre, des pendules, etc.

Gnomon

Style dont l'ombre se projette sur un cadran solaire.

Gongs

Dans les montres à sonnerie, ce sont des lames de métal, généralement en acier, disposées autour du mouvement et sur lesquelles viennent frapper les marteaux. Les gongs ont remplacé les timbres dans les montres à sonnerie, à la fin du XIXe siècle, ce qui permit de réaliser des montres plus plates.

Grande sonnerie

Sonne automatiquement les heures et les quarts.

Gril

En horlogerie, c'est un dispositif permettant de corriger les effets de la température, appliqué aux pendules, plus rarement aux montres. Il est en formé de tringles dont les unes sont en acier, les autres en laiton, en bronze ou en zinc.

Guichet

Petite ouverture. Montre à guichet, dans laquelle le cadran est pourvu d'ouvertures sous lesquelles apparaissent des indications diverses: quantièmes, heures, etc.

Guillocher

Graver des motifs sur la boîte d'une montre à l'aide d'une machine, appelée "tour à guillocher".

 

Habillement ou habillage

Ensemble des pièces détachées (boîte, cadran, aiguilles, glace, couronne, etc) qui, en revêtant le mouvement, contribuent à donner son aspect définitif et utilitaire à la montre.

Héliochronomètre

Cadran solaire indiquant le temps moyen, c'est-à-dire la même heure qu'une horloge.

Hertz ou Hz

Unité de fréquence égale à un cycle par seconde. Un pendule royal ou à secondes oscille par exemple à 0,5 Hz, sa période est de 2 secondes.

Heure solaire moyenne

Heure indiquée par un cadran solaire et corrigée par l'équation du temps pour que les heures aient une durée égale.

Heure vraie

Heure indiquée par un cadran solaire sans correction par l'équation du temps.

Heure temporaire

Division de la période de clarté d'une journée ne nombre d'heures donné et de celle de l'obscurité en un nombre d'heures égal. Système communément adopté avant l'introduction de l'horloge mécanique.

Horloge

Terme générique attribué à tout instrument horaire (gnomon, clepsydre, cadran solaire, sablier, horloge mécanique) et que l'usage courant réserve aujourd'hui à un mécanisme horaire non portatif et souvent pourvu d'une sonnerie (pendule ou horloge de parquet), ne fonctionnant que dans une position fixe. Dans un système de distribution de l'heure, on parle habituellement d'horloge-mère (le mécanisme central qui délivre les impulsions) et d'horloge secondaire (celle qui les reçoit et qui ne sert qu'à indiquer l'heure).

Horloge à crémaillère

Horloge qui, entraînée par son propre poids, glisse le long d'une crémaillère rectiligne.

Horloge de clocher

Horloge publique monumentale également appelée horloge de beffroi.

Horloge mère ou horloge principale

Horloge qui actionne à distance d'autres horloges ou cadrans secondaires.

Horloge marine

Terme employé jusqu'au XIXe siècle pour désigner les chronomètres de marine.

Horlogerie

Science de la garde du temps.

Huilier

Cavité pratiquée dans les coussinets pour y déposer une goutte d'huile.

 

Impulsion

Mouvement communiqué pendant une fraction du temps pour maintenir l'oscillateur en mouvement.

Incabloc

Forme d'amortisseur le plus fréquemment utilisé aujourd'hui dans les motres.

Invar

Alliage de fer-nickel qui, ayant un coefficient de dilatation très faible, ne change pas de longueur suivant les écarts de la température. On l'utilise pour les tiges des pendules de précision …

Isochrone

Qui se produit à intervalles de temps égaux. Les oscillations d'un pendule ou d'un balancier-spiral sont isochrones lorsque leur durée est indépendante de l'amplitude.

 

Jacquemart

Première forme d'automate d'horloge, représentant un personnage frappant une cloche.

Jaquemarts , Automates " marteleurs " actionnés par un sonneur, puis par un mécanisme relié à une horloge, frappant une cloche, Origine : Orient (époque des croisades), Après le VXIIIe s, : déclin du spectacle s'effaçant devant l'utilité des horloges publiques (cadran visible de loin) et pendules d'intérieur, Statistiques (en France) : nombre : environ 20, Personnages : généralement en chêne, polychrome, parfois recouvert de fer blanc, certains en cuivre (Dijon) ou bronze (mince paroi, Cambrai), Tailles : Romans-sur-Isère 2,60 m, Cambrai 2,50 m, Thann 1,18 m, Auffay 1 m, Lyon 40 cm, Nombre de statuettes : Auffay, Feurs, Molsheim, Thann, Cambrai 2 ; Aigueperse, Clermont-Ferrand, Compiègne, Lambese, Montbard, Befeld 3 ; Avignon, Lyon, Mondidier, Moulins, Dijon 4. Types : Avignon, Beaumont-le-Roger, Benfeld, Besançon, Lavaur, Moulins, etc. : " homme d'armes " ; Molsheim : " épouse et enfant angelot " : Lyon : " Guignol et Gnafron " ; Clermont-Ferrand : " Mars ", " Temps ", " Faune " : Cambrai ; " Maure " : Benfeld, Thann : " la Mort " ; Dijon : " Jacquemart, Jaquette, Jacquelinet, Jacquelinette " : St-Omer : " Mathurin " : Graveson : " Beluguet ",

 

 

Lentille

Masse fixée à l'extrémité de la tige du pendule.

Levée

Partie de l'ancre sur laquelle vient buter la roue d'échappement de façon à obtenir l'impulsion nécessaire à l'entretien des oscillations. On distingue la levée d'entrée et la levée de sortie.

Levier

Dans un mécanisme de sonnerie, le levier de détente, commandé par la minuterie est destiné à mettre en marche le processus à un instant précis,

s'oppose au levier d'arrêt, conçu au contraire pour l'arrêter quand tous les coups ont été frappés.

Libre

Se dit d'un échappement qui n'est en contact avec le balancier qu'au moment de l'impulsion et du dégagement. L'oscillation supplémentaire du balancier est donc libre.

LIGNE

et pouce

Ancienne unité de mesure encore souvent employée en horlogerie. La ligne vaut 2,256 mm.

Limaçon

Came de forme spiralée et portant des entailles qui règlent la sonnerie des heures, des quarts et des demies.

Lunette de montre

Anneau ajusté sur la carrure et qui porte le verre.

 

Manufacture

Dans l'industrie horlogère suisse, on désigne sous ce nom les fabriques qui font la montre à peu près entièrement par opposition aux ateliers de terminage dans lesquels on ne fait que le remontage, le réglage, le posage des aiguilles, l'emboîtage.

Marche

Fonctionnement d'un garde-temps, évalué en fonction de sa régularité. On appelle marche diurne l'avance ou le retard qu'il prend en 24 heures par rapport à un étalon horaire de référence.

Masses ou masselottes

Petites pièces de métal disposées sur la serge du balancier et servant au réglage de l'avance et du retard lorsqu'il n'y a pas de raquette de réglage, en particulier, pour les chronomètres.

Méridien

Grand cercle imaginaire passant par les deux pôles terrestres.

Minuterie

Il s'agit très exactement, selon René Béguin, d'un mécanisme auxiliaire établissant le rapport de vitesses entre l'aiguille des minutes et celle des heures et composé de 3 éléments : la chaussée, la roue de minuterie avec son pignon et la roue des heures.

Mise en place du barillet

Tension préalable du ressort logé dans le barillet relié à une fusée.

Mobiles

En horlogerie on désigne sous le nom de mouvement le mécanisme des montres et des pendules.

Modérateur

Dispositif qui ralentit, qui régularise. Dans les sonneries de montres et de pendules, il est nécessaire de modérer la vitesse de certains rouages. On le fait avec des volants à ailettes, des régulateurs à boule ou a force centrifuge, ou encore des échappements : à ancre pour certaines sonneries (invention de Julien Le Roy en 1755) à verge pour les sonneries de réveil.

Module

Avant d'être utilisé en horlogerie électronique, où il désigne l'ensemble du mouvement, le module constituait à l'origine, dans l'horlogerie mécanique, un sous-assemblage facilement interchangeable (affichage, rouage, moteur …).

Montre automatique dite aussi perpétuelle

Montre mécanique qui utilise le principe de l'attraction terrestre pour se remonter par les seuls mouvements du bras, lesquels font tourner un rotor qui transmet l'énergie ainsi accumulée au ressort-moteur.

Montre "à toc"

Montre dans laquelle un marteau frappe à l'intérieur du boîtier et permet de connaître l'heure au toucher. Imaginée vers 1750 par Julien Le Roy.

Montre figurative

Montre dont le boîtier adopte une forme donnée, celle d'un scarabée, d'un violon, d'une croix …

Montre perpétuelle

Première montre automatique commerciale, inventée par Breguet.

Moteur synchrone

Moteur électrique qui tourne en synchronisation avec la fréquence du réseau.

Mouvement

Ensemble dûment assemblé des organes et mécanismes principaux qui composent la montre, soit: le mécanisme de remontage et de mise à l'heure, le ressort moteur, le rouage, l'échappement et l'organe régulateur ou organes réglants (balancier-spiral). "Anatomiquement", le mouvement est constitué par l'ébauche, les parties réglantes et les autres fournitures (ressort, pierres, pivots, pignons, vis, amortisseurs de chocs, etc). La montre est dite "complète" lorsque le mouvement a été revêtu de l'habillement.

Mouvement de Paris

Mouvement spécifiquement français, à deux corps, de forme cylindrique, adapté aux cartels et aux pendules de cheminée.

 

Nocturlabe

Rapporteur tenu à la main qui permet de déterminer de nuit l'heure en observant la position de la Grande Ourse.

Nutation

Oscillation périodique de l'axe de rotation de la Terre, autour de sa position moyenne, et dont le service horaire doit mesurer la variation pour déterminer l'heure exacte.

 

Oignon

Montre ventrue, semblable à un oignon, produite au XVIIIe siècle par les fabricants de montres français.

"Orrery"

Nom donné au planétaire, mécanisme représentant le mouvement des planètes, d'après Charles, quatrième comte d'Orrery.

Organes réglants

(ou régulateurs)

Le balancier et le spiral constituent les organes réglants de la montre mécanique. Ces éléments effectuent le comptage du temps. Dans une horloge, l'organe réglant est le pendule. Dans les montres électroniques, ce peut être un balancier-moteur, un résonateur sonore ou un cristal de quartz.

Oscillateur

Dispositif qui, comme le pendule ou le balancier, engendre les oscillations qui découpent le temps en unités égales.

Oscillateur à quartz

Organe régulateur d'une horloge ou d'une montre à quartz.

 

Palettes

Il peut s'agir tout aussi bien des deux leviers de la verge contre lesquels vient buter la roue de rencontre, entretenant ainsi les oscillations du foliot, que des parties de l'ancre (en acier, en rubis ou en saphir) qui entrent en contact avec la roue d'échappement.

Pantographe

Reposant sur "un simple jeu de leviers proportionnés de manière qu'une extrémité du système reproduise exactement les mouvements de l'autre extrémité en les réduisant ou en les amplifiant", le pantographe se définit, d'après J.C. Nicolet, comme une machine permettant "d'effecteur des creusures de forme dans les platines des montres, par reproduction d'un modèle appelé "patronne". Le tour à copier "Dubail" n'en est qu'une version industrielle.

Parachute

Premier amortisseur de montre, inventé par Breguet.

Parties réglantes

Ensemble de pièces comprenant les organes réglants (balancier-spiral) et l'échappement.

Pendant

Partie de la montre de poche qui reçoit la couronne de remontoir et l'anneau qui permet de l'accrocher ; l'invention du remontoir au pendant, qui supprima la clef de remontage séparée, seait le fait de Thomas Prest, en 1820, et a été améliorée par Louis Audemars en 1838, mais c'est Adrien Philippe qu'on doit le système actuel de remontage, mis au point en 1842.

Pendule

Ce nom, autrefois réservé aux garde-temps réglés par un pendule, s'applique désormais, quelles que soient les particularités du mécanisme d'horlogerie, à tout garde-temps de gros volume destiné à être posé ou accroché.

Pendule à gril

Pendule constitué de plusieurs tringles de métaux différents (acier et laiton) dont le coefficient thermique de dilatation permet de maintenir la longueur de l'oscillateur à un niveau constant en dépit des variations de la température.

Pendule à mercure ou de Graham

Pendule dans lequel un cylindre creux contenant du mercure sert de lentille et permet de compenser les effets des variations de la température.

Pendule de Bulle

Pendule muni d'une lentille magnétique oscillant dans une bobine métallique, inventé par M. Favre Bulle vers 1920.

Pendule des secondes

Pendule d'une mètre de long environ battant la seconde, inventé après 1670 environ.

Pendule Eurêka

Très gros balancier circulaire utilisé dans certaines des premières horloges électriques.

Pendule sympathique

Horloge qui remet à l'heure et règle pendant la nuit une montre spéciale, inventée par Breguet.

Pendule de torsion

Cet oscillateur, employé dans des horloges de dimensions moyennes, présente des propriétés analogues à celles du pendule proprement dit, dont il ne diffère en fait que par sa période, beaucoup plus longue. Il se compose d'une masse suspendue à un fil ou à un ruban métallique, autour duquel le système tourne alternativement dans un sens et dans l'autre. Il équipe notamment les pendules dites de "400 jours".

Période

Intervalle de temps déterminé par le retour régulier et répétitif d'un phénomène.

Perpétuelle

Ancien terme, utilisé par Bréguet pour désigner une montre à remontage automatique.

Phases de Lune

Indique l'état de la lune: nouvelle, croissante, décroissante ou pleine

Pignon

Petite pièce dentée en acier, ordinairement menée par une roue en laiton plus grande.

Pignon à lanterne ou à fuseaux

Pignon dont les dents sont formées par de petits cylindres ou fuseaux, utilisé à la place du pignon denté.

Pilier

Chacune des 4 colonnes qui relient les deux platines d'une horloge, l'ensemble formant la cage.

Pierre

Coussinet, contre-pivot, palette, utilisés pour réduire les frottements. Généralement en matière synthétique, exception faite des pierres précieuses ou semi-précieuses (rubis, saphir, grenat) pouvant équiper les mouvements des montres de luxe.

Pirouette

En horlogerie, le terme de pirouette indique qu'un engrenage a été placé entre l'échappement et le balancier. Ce dispositif permet d'augmenter l'étendue des arcs du balancier, autrement dit son amplitude. Le premier échappement à verge de Huygens muni d'un spiral était à pirouette de même que celui de Sully.

Pivot

Extrémité d'un axe tournant dans le coussinet qui lui sert de support.

Plateau

Dispositif de sécurité qui, dans l'échappement à ancre, limite les déplacements de la fourchette.

Platine

Pièce de base sur laquelle toutes les autres pièces du mouvement sont assemblées (partie de l'ébauche).

Poids moteurs

Ce sont des poids utilisés comme force motrice, exemple : horloges à poids.

Pont

Pièce complémentaire venant se fixer sur la platine formant le bâti ou cage du mouvement; les autres pièces sont assemblées à l'intérieur de la cage (partie de l'ébauche).

Poussoir

Saillie de boîtier de montre qui, par ses pulsations, permet de connaître l'heure à la demande et silencieusement.

 

Quantième

Numéro d'ordre de chaque jour dans le mois: le 10 février. Montre à quantième: montre qui indique dans des guichets le quantième, le mois, quelquefois l'année et les phases de lune. Quantième perpétuel: montre qui indique, en plus de la date, les années bissextiles.

Quantième perpétuel

On désigne ainsi les montres et les pendules dont le quantième du mois passe automatiquement à la fin du mois, que les mois aient 28,29,31,31 jours, en tenant compte des années bissextiles.

 

Rateau

Secteur denté utilisé dans certains mécanismes de sonnerie au passage qui ne comportent pas de roue de compte (chaperon).

Rattrapante

Dispositif permettant l'affichage de plusieurs temps successifs mesurés à partir de la même origine, le temps de lecture pouvant être rattrapé sans perturber la mesure. Terme équivalent: temps intermédiaire.

Raquette

Organe de réglage qui permet de rectifier la marche diurne de la montre en ajustant la longueur du spiral.

Réglage

Ensemble des opérations tendant à assurer une bonne marche de la montre. Il existe plusieurs sortes de réglages en fonction de la précision recherchée (réglage en différentes positions, réglage aux températures).

Régulateur

Horloge de parquet de précision, munie généralement d'un cadran spécial dont les aiguilles ne sont pas coaxiales.

Remontage

Mise en place des divers organes qui composent le mouvement. Les opérations (autrefois entièrement manuelles) sont aujourd'hui fortement automatisées. L'élément humain, principalement pour les contrôles, est toutefois toujours primordial.

Remontoir

Mécanisme qui transmet par l'intermédiaire des palettes d'entrée et de sortie, une force constante au balancier ou au pendule.

Remontoir automatique

Armage automatique du ressort moteur d'une montre-bracelet par l'intermédiaire d'un volant qui tourne en fonction des mouvements du bras de celui qui la porte.

Remontoir auxiliaire

Mécanisme qui sert à maintenir un instrument horaire en marche pendant l'opération du remontage.

Remontoir d'égalité

Dispositif permettant, au moyen d'un ressort principal, d'armer un ressort secondaire ou de remonter un poids à intervalles de temps réguliers et relativement rapprochés. Grâce à ce dispositif, il est possible d'utiliser comme force motrice la section d'un ressort moteur qui délivre une force pratiquement constante au rouage d'une montre ou d'une pendule. Le remontoir d'égalité permet également d'utiliser des poids comme force motrice d'une pendule de cheminée ou d'un régulateur de bureau. Les poids étant remontés à intervalles réguliers par le ressort principal, il n'est plus nécessaire de disposer d'une grande longueur pour leur course.

Répétition

Montre à sonnerie, qui indique les heures par une sonnerie lorsqu'on actionne un poussoir ou un verrou. Il y a plusieurs sortes de répétitions: répétition à quarts, qui sonne un coup grave pour les heures et deux coups pour chaque quart, l'un grave et l'autre aigu; répétition à cinq minutes, qui sonne les heures, les quarts et les cinq minutes en plus d'un quart; répétition à minutes, qui sonne les heures, les quarts et les minutes; grande sonnerie, qui sonne les heures et les quarts en passant (automatiquement) et répète la sonnerie entière par le jeu d'un poussoir; répétition à carillon, où les quarts sont sonnés sur trois ou quatre timbres donnant des tons différents.

Repos

Moment durant lequel la roue d'échappement ne transmet plus d'éneergie à l'organe régulateur.

Réserve de marche (indication de la)

Affichage sur le cadran permettant de connaître visuellement &endash; en heures ou en jours &endash; l'état de remontage de la montre.

Ressort contact de Hipp

Contact utilisé dans certaines horloges à pendule électriques pour régulariser les amplitudes des oscillations du pendule.

Ressort moteur

Ressort enroulé en spirale à l'intérieur du barillet, utilisé pour produire la force motrice à la place d'un poids.

Ressort de rappel

Ressort dont la fonction est de ramener un organe dans une position déterminée ; il est par exemple utilisé pour empêcher le marteau d'une cloche de reposer sur le timbre.

Ressort spiral

Spiral attaché par ses extrémités au balancier circulaire et au coq.

Rhabillage

Action et résultat de rhabiller, c'est-à-dire de réparer une montre, de la remettre en état de fonctionner.

Rhabilleur

Horloger spécialisé dans la réparation des montres.

Rochet

Roue dentée qu'un cliquet oblige à tourner dans un seul sens.

Rotor

Demi-disque de métal lourd que l'énergie provenant de chacun des mouvements du bras fait pivoter librement à l'intérieur du boîtier de la montre automatique. Son poids tend à le remettre toujours à la verticale. Démultipliées par un dispositif ad hoc, ses rotations arment continuellement le ressort.

Rouage

Ensemble des roues dentées et pignons de la montre.

Rouage de sonnerie

Ensemble des roues et des pignons qui actionnent la sonnerie.

Roue

Roue motrice dentée rivée sur un pignon. Le même arbre est relié à un grand nombre de roues et de pignons.

Roue de compte

Voir "chaperon".

Roue d'échappement

Roue dentée d'un garde-temps dont la marche est régularisée par l'échappement.

Roue de chant

Roue dont la denture est taillée perpendiculairement sur le côté, comme dans les roues d'angle.

Roue de rencontre ou de couronne

Roue d'échappement d'un échappement à roue de rencontre et à verge, munie de dents pointues d'un côté, et parallèle à un arbre (appelé la verge).

Roue des minutes

Roue dentée dont l'arbre fait tourner l'aiguille des minutes.

Roue menante

Principale roue motrice d'une horloge.

Roue à dents de loup

Roue dont les dents sont inclinées comme celles d'un rochet. Des roues à dents de loup ont été utilisées par Lépine pour certaines de ses montres. Certaines roues du remontoir des premières montres à remontage au pendant, étaient à dents de loup.

Rubis

Tous les axes de pivotement soumis à frottement sont munis de pierres, généralement des rubis en matière synthétique, qui les protègent contre une usure excessive.

Roue de huitaine ou de temps (pendulerie)

 

La roue de huitaine se trouve entre la roue de centre et le barillet et

entre la roue à étoile et le barillet ( on l'appelle aussi roue de temps) et

permet à la pendule de fonctionner huit fois plus longtemps

 

 

Sablier

Appareil qui mesure des intervalles de temps par l'écoulement de sable d'une ampoule à l'autre.

Savonette

Montre de poche dont la boîte possède des fonds de chaque côté. Celui qui recouvre le cadran est actionné par un mécanisme à ressort appelé "secret".

Sautant

Qui saute. Montre à heures sautantes: montre dont les heures apparaissent dans un guichet du cadran; le changement de l'heure se fait brusquement, par un saut.

Sautoir

Petit levier maintenu appuyé par un ressort, destiné à maintenir une roue dans la même position entre deux mouvements.

Scaphé

Cadran solaire primitif gradué à l'intérieur d'un globe évidé.

"Scratch dial"

Cadran solaire vertical rudimentaire inscrit sur le porche méridional d'une église voici plusieurs siècles, et indiquant les heures des offices religieux. Appelé parfois "Masse dial".

Secondaire

Pendule, horloge ou cadran actionné par une horloge mère.

Seconde

Unité de base du temps correspondant à la 86'400ème partie du jour solaire moyen. Celui-ci est donné par la durée de rotation sur elle-même d'une Terre idéale, décrivant un cercle autour du soleil en une année, à vitesse constante et dans le plan de l'équateur. Après la deuxième guerre mondiale, les horloges atomiques devinrent si précises qu'elles purent mettre en évidence les irrégularités, pourtant infinitésimales (quelques centièmes de seconde par année), de la durée de rotation de la Terre sur elle-même. Il fut alors décidé de redéfinir l'étalon de référence, ce que fit la treizième Conférence générale des poids et mesures en 1967, dans les termes suivants: "La seconde est la durée de 9.192.631.770 périodes de la radiation correspondant à la transition entre les deux niveaux hyperfins de l'état fondamental de l'atome de césium 133". Conventionnellement, la seconde est notamment subdivisée en dixièmes, centièmes, millièmes (milli-), millionièmes (micro-), milliardièmes (nano-) et billionièmes (pico-secondes).

Seconde au centre

Lorsque l'aiguille des secondes est au centre.

Seconde courante

On appelle parfois ainsi la trotteuse.

Seconde morte

Lorsque l'aiguille des secondes reste immobile entre deux secondes. On dit aussi qu'elle "bat la seconde". Bréguet employait le terme de "seconde d'un coup".

Seconde indépendante

Invention de Moïse Pouzait, lorsque le mécanisme actionnant l'aiguille de la seconde morte est indépendant du mouvement de la montre proprement dit.

Serge

On désigne ainsi la partie annulaire du balancier d'une montre ou d'un chronomètre.

Sertissage

Technique qui consiste à loger une pierre percée à l'endroit exact du trou de pivotement d'un mobile et qui, en raison de sa difficulté d'exécution, a été abandonné à partir de 1935 au profit du "chassage".

Sonnerie

Dispositif qui sonne à la demande ou automatiquement pour marquer les heures ou pour réveiller à une certaine heure (voir répétition).

Sonnerie à râteau

Sonnerie commandée par un râteau incurvé qui tombe sur un limaçon. Cette sonnerie ne décompte pas.

Spiral

Petit ressort enroulé en spirale et constituant avec le balancier l'organe réglant de la montre mécanique. Il ramène le balancier à sa position de départ à la fin de chaque alternance.

Spiral plat coudé

Spiral dont la spire extérieure est enroulée concentriquement et relevée par rapport au reste du ressort. Parfois désigné "spiral Breguet". Il permettait au ressort de se développer régulièrement pendant son expansion et sa concentration.

Sphère armillaire

Réplique de l'univers de Ptolémée, avec la terre placée au centre. Assemblage de cercles et d'anneaux (armilles) servant à représenter l'équateur céleste, les tropiques, l'écliptique …

Squelette

Montre-squelette, montre dont la boîte et diverses parties du mouvement sont faites en matière transparente, laissant voir les organes de la montre.

Stackfreed

Mécanisme imaginé en Allemagne pour égaliser la force motrice du ressort moteur armé plus ou moins fortement.

Style

Autre terme utilisé pour désigner le gnomon.

Suspension

Ressort ou fil de soie … d'une longueur donnée, utilisé pour suspendre un pendule.

Synchroniseur

Commutateur fixé sur un pendule asservi que l'on désire faire marcher en synchronisme avec le pendule libre d'une horloge mère.

 

Tachymètre

Instrument de mesure des vitesses. En horlogerie, compteur de sport ou chronographe muni d'un cadran divisé qui permet de lire la vitesse en km/h ou une autre unité.

Terminage

Opération qui consiste à assembler et à contrôler toutes les parties de la montre.

Termineur

Atelier indépendant ou horloger indépendant remontant tout ou partie de la montre pour le compte d'un établisseur ou d'une manufacture qui lui remet les pièces détachées à assembler

Timbre

Terme utilisé pour désigner les cloches dans les montres et les pendules à sonnerie.

Tirage

Dispositif de sûreté qui, dans un échappement à ancre, empêche la roue d'échappement de galoper.

Toc

Terme utilisé pour désigner les montres à sonnerie qui ne sont munies ni de timbre ni de gongs, dont les marteaux frappent directement sur la boîte.

Tour à copier

Voir "Pantographe".

Tour à main

Tour ordinaire équipé d'une manivelle ou d'une pédale.

Tour d'heures

Cadran portant la suite des heures.

Tour à revolver

Machine qui permettait au tourneur de boîte de reproduire en série les mêmes formes d'une pièce à l'autre.

Tour d'heures

Suite des heures inscrites sur un cadran.

Tourbillon

Dispositif imaginé pour annuler les écarts de marche dans les positions verticales. Il comprend une cage mobile qui porte tous les organes de l'échappement et, en son centre, l'organe régulateur. Le pignon d'échappement tourne autour de la roue des secondes, qui est fixe. La cage fait un tour/minute, elle annule en tournant les écarts de marche dans les positions verticales.

Transducteur

Dispositif rotatif inventé par Breguet pour améliorer la garde du temps.

Trotteuse

Qualifie l'aiguille des secondes lorsqu'elle avance par petits sauts.

Trous

En horlogerie, on désigne sous le nom de trous, les coussinets dans lesquels tournent les pivots. Exemple, les trous en rubis désignent les rubis percés.

Trou borgne ou trou foncé

Ces termes désignent des trous de pivotement qui ne sont pas percés de part en part ; c'est le fond du trou qui sert de contre-pivot.

 

Variation de marche

Ensemble des avances et des retards d'un garde-temps constatés par rapport à un étalon horaire de référence.

Vis d'ajustage

Vis fixées dans la serge des premiers balanciers pour modifier leur marche.

Volant

Régulateur de vitesse utilisé dans les mécanismes de sonnerie pour contrôler la vitesse du rouage.